Une gauche moqueuse

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

            La gauche, notamment celle qui se dit socialiste, a un sens de l’humour particulièrement bien développé. Dommage qu’il le soit au détriment des citoyens…
 
           
 
           
 
           
 
            Je n’ai pas l’intention de rappeler, de reparler longuement des pseudo-vérités qui ont accompagné les bourdes de Mme Royal, comme lors de son voyage en Chine, ou des ses égarements idéologiques, comme ses prises de positions contradictoires sur l’encadrement militaire, qu’elle a proposé, avant de nier l’avoir fait, puis de le proposer à nouveau.
 
           
 
           
 
 
 
              Non, je préfère évoquer le comportement pour le moins étrange de la candidate socialiste au soir du 6 mai 2007. Pour commencer, rappelons-nous qu’une bonne partie de sa campagne avait consisté à la diabolisation systématique de son principal concurrent. Aucune critique, aucun mot ne fut trop fort pour le désigner comme LE danger pour la France. Deux jours avant le second tour, le 4 mai, elle réitèrera ces attaques selon lesquelles M. Sarkozy est dangereux pour nos libertés, pour notre République.
 
           
 
            Si elle était sincère, si elle estimait vraiment que ce candidat allait passer outre nos libertés fondamentales, pourquoi paraissait-elle si heureuse le 6 mai à 20h04, au point que l’on aurait pu croire qu’elle avait gagné ? Pourquoi ne se lamentait-elle pas ? Pourquoi n’était-elle pas inquiète, pour elle-même, pour sa famille, pour nous ? Comment pouvait-elle si facilement, si rapidement, faire une croix sur cette élection et commencer d’ores et déjà à se placer pour celle de 2012 alors qu’un apprenti Pétain, ou pire, venait de gagner ? Y aura-t-il vraiment des élections en 2012, d’ailleurs ?
 
           
 
            Car on pourrait se poser cette question après sa campagne calomnieuse parfaitement maîtrisée. Mais en fait, non, elle n’avait pas l’air excessivement inquiète par cet Etat policier, voire totalitaire qui est désormais censé se mettre en place…
 
           
 
           
 
           
 
            Alors je vous prie, Candidate de la gauche, Représentants de la gauche, de bien vouloir arrêter de vous moquer du peuple, de vos propres électeurs, en jouant sur des peurs (auxquelles vous-même ne croyez pas). Vous nous rappelez des personnes que vous condamnez, à juste titre !
 
 
 



Demain : une gauche sectaire.

Publié dans Post-présidentielle

Commenter cet article