Une gauche discrète (enfin, quand ça l'arrange)

Publié le par Buffalo (de l'équipe de Débattons !)




Ah, la gauche… la gauche si prompte à monter sur ses grands chevaux pour énoncer de grands principes, qu’elle n’appliquera jamais, ou à s’embarquer dans des envolées lyriques de hautes tenues pour défendre la veuve et l’orphelin… Pourtant, parfois, cette gauche se tait !


Souvenez-vous, l’image bouge, le cadrage n’est pas super. Mme Royal parle, elle nous explique qu’il ne serait pas anormal d’obliger les enseignants à être présent 35h par semaine dans les écoles. Cette idée provoque un tollé dans le milieu de l’éducation. Or quand est-il depuis ? Que pense sincèrement Ségolène Royal, et ses collègues du Parti Socialiste de cette proposition. Eh bien, apparemment pas grand-chose. Ou pas grand-chose d’avouable, en tout cas !

 

Leur silence est assourdissant. On ne reparlera plus de cette proposition. On ne remettra dans le débat public que l’idée, certes séduisante, de soutien scolaire gratuit. Mais sur le temps de présence des professeurs, nada !

 

Autre idée lumineuse de la candidate socialiste, vanter les mérites du système judiciaire chinois ! Le lendemain, matin, à Paris, sentant le danger poindre, le Parti Socialiste décida, puisqu’elle avait eu des rencontres avec des entrepreneurs installés en Chine, de préciser que, bien entendu, elle évoquait le système judiciaire commercial chinois, et rien d’autre…

 

Quelles sont donc les conclusions qu’ils ont tirées des performances de ce magnifique système ? Quelles idées vont-ils importer de Chine pour améliorer notre propre Justice ? Apparemment, même eux ne le savent pas. Ils savent que c’est bien, plus parce qu’elle l’a dit que parce qu’ils le pensent vraiment, et leur savoir s’arrête à peu près là !

 

Dernier exemple, et c’est peut-être le plus inquiétant, le plus démonstratif du cynisme de la gauche, qui n’en a pas pour autant le monopole. Le Parti Socialiste compte parmi ses membres, deux illustres personnes qui ont dirigé SOS-Racisme, j’ai nommé Julien Dray, qui fut et qui reste très proche de Mme. Royal, et Malek Boutih. Pourtant, lorsque M. Le Pen, dans les dernières semaines de la campagne, a émis des propos plus que douteux à l’endroit de M. Sarkozy, lui conseillant de ne pas se présenter étant donné qu’un de ses grands-parents est Hongrois, il n’y eut que peu, très peu de réactions de la gauche.

 

Peut-être, et maintenant, je prends toutes les précautions qui s’imposent, peut-être parce que Jean-Marie Le Pen est jugé plus fréquentable que M. Sarkozy, ou qu’en tout cas, il n’y avait pas d’intérêt pour les Socialistes à lui tomber dessus. Objectivement, Nicolas Sarkozy fut beaucoup plus diabolisé que le représentant du Front National cette année. M. Hollande a même déclaré que « le seul troisième possible, c’est Le Pen ». De là à dire que c’est ce que lui souhaitait, il n’y a qu’un pas, que je ne franchirais pas !

 
En fin de compte, il vaut sans doute mieux que la gauche s’exprime le plus possible !

 

 

Publié dans Post-présidentielle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article