Réagissez !

Publié le par Hesnoone (de l'Equipe de Débattons !)

Je tiens à vous faire partager ce texte, qui m'a interpellé. Il provient (quelle surprise !) du Figaro. J'ai cependant changé la mise en page pour plus de lisibilité...

A vos claviers !




Pourquoi je ne lirai pas la lettre de Guy Môquet

Par Michel Ségal, Professeur de collège en ZEP.

Je suis enseignant de collège et je ne lirai pas la lettre de Guy Môquet à mes élèves.

    Je ne leur lirai pas parce qu'ils seraient bien incapables d'en comprendre le sens profond, et même d'en comprendre les mots qui la composent ; parce que notre école demande aux enfants de réinventer eux-mêmes les règles d'écriture ou de syntaxe.

    Je ne la lirai pas parce que depuis une trentaine d'années, l'école leur apprend le mépris du patrimoine et la méfiance du passé.

    Je ne la lirai pas parce que cette lettre me fait honte, honte de la maturité d'un adolescent il y a plus de soixante ans face à l'infantilisation construite par notre école de ceux du même âge aujourd'hui.

    Je ne la lirai pas parce que nos enfants ignorent les événements auxquels elle se réfère ; parce que notre école préfère par exemple demander à des enfants d'analyser des « documents » plutôt que de leur enseigner des dates et des événements.

    Je ne la lirai pas parce qu'il y a longtemps que l'école refuse de transmettre aucun modèle ; parce que notre école n'envisage plus les textes d'auteurs comme des exemples mais comme des thèmes d'entraînement à la critique.

    Je ne la lirai pas tout simplement parce que notre école a délibérément détruit l'autorité qui pourrait permettre une lecture et une écoute attentives.

    Je ne la lirai pas parce que, même âgés de 16 ans, mes élèves ne sont que de petits enfants bien incapables d'appréhender son contenu et resteront sans doute ainsi toute leur vie : ainsi en a décidé notre école. Peut-être ne me croyez-vous pas car l'école que connaissent vos enfants ne ressemble en rien à celle que j'évoque ? En effet, j'ai peut-être oublié de vous préciser l'essentiel : je travaille dans une ZEP, c'est-à-dire là où peuvent être appliquées à la lettre et sans risque de plainte toutes les directives ministérielles, là où se préfigurent l'horreur et la misère du monde construit par notre école.

Non, Monsieur le Président, je ne lirai pas la lettre de Guy Môquet tant que n'auront pas été engagées les réformes structurelles du ministère de l'Éducation nationale qui mettront fin à la démence toute puissante des instances coupables des mesures les plus destructrices de tout espoir de justice sociale, tant que n'auront pas été engagées les réformes pour que l'école cesse de conforter les enfants dans leur nature d'enfants, pour que l'école accepte enfin de remplir sa seule mission : instruire.

Publié dans Réagissez !

Commenter cet article

Hesnoone 27/05/2007 08:12

A la lecture de cet article et de vos commentaires, plusieurs question me viennent à l'esprit :

Ce professeur prend-il "ses élèves pour des cons" pour reprendre les mots de rico, ou critique-t-il le système scolaire ?

Est-ce un homme qui mélange politique et enseignement ou est-ce un homme qui tente de nous alerter sur la situation de l'éducation ?

Se "complait"-il dans cet état de fait ou réclame-t-il de l'action ?

En fait, je pensais plutôt qu'il s'agissait d'une sorte "d'appel à l'aide", d'un moyen d'attirer l'attention sur un fait inquiétant. L'école est-elle en si mauvaise situation que cela ? Le niveau baisse-t-il ou non ?

Je tiens juste à citer deux exemples :

1. Je suis en classe prépa. Lors de la correction d'une feuille d'exercice de physique (sur la diffraction), le prof s'est mis à rire en lisant le dernier exo de la feuille : "Vous savez où je l'ai trouvé celui-là ? Dans mon livre de Terminale... Pour vous dire que le niveau monte..."

2. Je connais quelqu'un qui enseigne le francais en lycée pro. Cette personne a recu un "livre du professeur". Je prens une page au hasard : leçon 39 (sur 61) : "Les consonnes doubles. A retenir : une consonne peut être doublée entre deux voyelles (ex : ballon, différent...), entre une voyelle et la consonne "l" [..] Astuce : En cas de doute, il faut consulter un dictionnaire" Ceci est destiné à des gamins entre 16 et 19 ans. Il y'a aussi une lecon expliquant le fonctionnement de cet objet étrange qu'est le dictionnaire...

Ce professeur a-t-il eu raison d'écrire ce qu'il a écrit ? Le fond est-il bon mais pas la forme ?

N'oublions pas que l'éducation est un enjeu fondamental et que, contrairement aux USA, nous n'avons pas le "brain drain" qui pourrait pallier une éventuelle faiblesse de notre système éducatif...

Hesnoone.

BOUTDEZAN 25/05/2007 19:52

Heu.... pardon.... la "colére" m'a fait faire "plein" de fautes... c'est la faute à l'Education Nationale... les profs ne m'ont pas expliqué les régles d'accord et d'orthographe !!

BOUTDEZAN 25/05/2007 19:47

en lisant ce qu'écrit ce prof, je me pince : suis-je en train de rêver... heu de cauchemarder plutôt !!. A l'unanimité, on constate le manque de repéres, de morale, etc dans la plupart des établissements scolaires, et là nous avons un prof qui se complait et se pose en "anarchiste" : de quel droit ? la lecture de la lettre de Guy Moqué est une excellente chose. Comment se prof ose dire que ses élèves ne comprendrait rien.... même si c'est le cas n'est ce pas son rôle d'expliquer ? qui avait dit qu'il fallait dégraisser le mamouth ??!!!....

debattons 24/05/2007 17:00

PS : c'est moi qui ai écrit le dernier com
Buffalo

debattons 24/05/2007 16:51

Je crois effectivement qu'il y a un quiproquo !

C'est Hesnoone qui a choisit de publier cet article. Il ne peux pas répondre avant samedi, je vais donc m'exprimer en attendant qu'il le fasse lui-même !

Personne, dans l'article, n'a donné son point de vue, hormis ce professeur. Hesnoone l'a publié, je le crois, pour montrer à quel point certaines personnes pouvaient être intoxiqués par leur idéologie, de là à mélanger politique et rôle de l'enseignant !

Qu'il y ait de problèmes en ZEP, personne ne le conteste, mais les élèves fréquentant ces établissements sont-ils aussi "bêtes" que ne le dépeint cet ensaignant, je ne le pense pas...

Qu'il garde ses convictions politiques en-dehors de l'école !