Olivier Minne en politique ?

Publié le par L'équipe de Débattons !



Hollande.jpg
Le premier secrétaire du PS, M. Hollande, chiffre "entre 12 et 15 milliards" d'euros "la facture des cadeaux fiscaux" promis par M. Sarkozy et soupçonne le gouvernement de vouloir compenser ce coût par une augmentation de "plusieurs points" de la TVA. Bien sûr il ne se base sur aucune annonce, mais les législatives approchant il est nécessaire d'efffrayer les électeurs. D'ailleurs, augmenter la TVA est la seule arme à la disposition des gouvernements francais, tout le monde le sait ! 

Dans un point de vue publié dans Le Monde daté de vendredi, M. Hollande fait le réquisitoire de la "stratégie fiscale" de M. Sarkozy, qui a dû  trop regarder Fort Boyard.
En effet, non content de vouloir aller "toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort !", il souhaite, selon M. Hollande : aller "plus loin que la droite en 1986, plus fort qu'Edouard Balladur en 1993, plus vite que Jacques Chirac en 2002". Ce dernier ne m'a, au passage, pas fait l'impression d'être un modèle de vitesse.


Hesnoone.

Source : Le Figaro.

Publié dans Brèves

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hesnoone 04/06/2007 08:29

Effectivement, M. Hollande donne l'impression de diriger un parti où il n'a pas sa place, et ceci semble d'autant plus vrai depuis la désignation de Mme Royal comme candidate. J'ai en effet l'impression que l'on se souviendra de sa compagne comme de celle qui l'aura "tué" politiquement, en le mettant dans une position délicate vis-à-vis du parti, en lui prenant la place de candidat dont il rêvait, en le "marginalisant".Il est vrai qu'il a fait preuve d'une remarquable volonté de synthèse pour reprendre vos mots, il est même celui qui a permis - en partie - de relever le PS. Je dis en partie car il n'aura pas réussi à faire ce qui était nécessaire, à savoir moderniser le Parti...Hesnoone

Aur鬩en Royer 03/06/2007 12:31

Le grand malheur de François Hollande est qu'il dirige un parti où il n'a pas bonne place: sa constante volonté de synthèse entre les différents courants, même si la synthèse est bancale et "indéfendable", ne peut rien peser dans un parti où les problèmes d'égaux sont surdimensionnés !! En meeting, il est incontestable que le premier secrétaire a de réels talents d'orateurs: il multiplie les bonnes formules et les traits d'humour... sans jamais rien épargner à ses adversaires. Même s'il est clair que la formule citée par le Figaro n'est pas des plus heureuse.Merci pour ces articles qui associent extrait de journal et commentaire: cette formule est dynamique et lance le débat...