Bleu océan

Publié le par Buffalo (de l'équipe de Débattons !)

AN.jpg

 

Les urnes ont parlé. Les Français ont décidé de renouveler leur confiance à M. Sarkozy en offrant à l’UMP une victoire écrasante au premier tour qui sera sans doute confirmée au second. A côté de ce vote de confiance, il y a trois autres conclusions importantes à tirer de ce scrutin :
 
 
- L’abstention fut massive. Il y a depuis longtemps déjà un décrochage au niveau de la participation d’un scrutin présidentiel et d’un scrutin législatif. Mais hier, l’abstention fut de 39%, record pour une élection de ce type. Notons cependant que ce surplus d’abstention vient principalement des rangs de la gauche : on se souvient d’un responsable socialiste nous expliqué que M. Royal avait emporté le 1er tour car, avec les annonces de report elle atteignait 37%, hier la gauche et l’extrême gauche ont totalisé 39% ; hausse en pourcentage, mais perte de près de 4 millions d’électeurs !
Cette abstention va sans doute reposer le problème du mode de scrutin.
 
- La bipolarisation de notre vie politique s’accentue. Au soir du 22 avril, le PS et l’UMP regroupaient 57% des électeurs contre environ 74% aujourd’hui. Les « petits » partis, qui ont traditionnellement des députés, qui n’ont pas réussi, ou qui n’ont pas voulu faire d’alliance sont écrasés : les Verts, le PC, le MoDem. A propos de ce dernier, comme prévu, M. Bayrou va connaître à nouveau une traversée du désert. Cette bipolarisation est bien visible au vu du faible nombre de triangulaires (dû en partie à la faible participation qui obligeait le troisième du scrutin à réunir plus de 20% des voix).
 
 - Autre parti qui souffre : le FN. Dans son cas, la perte de vitesse est très nette : 18% pour M. Le Pen en 2002, 10% il y a deux mois, à peine 5 hier. Il est bon de constater qu’il tombe dans des scores aussi bas, proches de ceux réalisés par les autres extrêmes. Seule Marine Le Pen devrait conserver la possibilité d’être élue.
On constate donc que le vote FN était bien un vote de rejet, et non pas un vote de projet !
 
 
 
Buffalo

 

 

Publié dans Législatives

Commenter cet article

Aurélien Royer 13/06/2007 16:27

Je ne vous tiens pas rigueur pour les chiffres mais si vous voulez faire des comparaisons qui permettent de tirer des conclusions, comparez soit les seuls chiffres du PS, soit les chiffres de toute la gauche !J'ajouterais une dernière précision que j'ai oublié concernant les électeurs du FN: le parti est peut-être (ce n'est pas une certitude) a un faible niveau parce qu'il n'a pas su mobiliser des électeurs que le mode de scrutin repousse. Quand Le Pen dit que ses électeurs ont compris que le pouvoir était à Bruxelles et qu'ils n'ont pas été voté, en conséquence, il est à moitié dans le vrai. Bruxelles n'a rien à faire là-dedans mais le fait de savoir à l'avance que les candidats n'ont aucune chance, il n'est pas besoin d'aller voter !!Voilà donc, en complément du précédent message, une tentative d'analyse de la chute du FN.

Buffalo (de l'Equipe de Débattons !) 12/06/2007 20:18

Concernant le troisième point, je voulais juste dire que je pensais qu'une part de l'électorat FN votait pour ce parti à cause d'une droite gauchisante (à l'image de M. Chirac), d'une droite qui avait honte de ne pas être la gauche.Pour les pourcentages, je ne voulais pas évoquer les voix de Mme Royal au premier tour de la présidentielle, mais les voix de la gauche toute entière.Possible erreur pour mon 70%. De mémoire, je me souviens de 40% pour l'UMP et de 26% pour le PS, mais ce n'est que de mémoire. Bon en tout cas, mon 74 est faux, je le reconnais (sans doute ai-je confondu vitesse et précipitation, et je m'en excuse).

Aur鬩en Royer 12/06/2007 14:23

Je ne suis pas d'accord sur la conclusion du troisième point: pourquoi, selon vous, les ex-électeurs de Le Pen ont-ils été séduits par le discours de Sarkozy, si ce n'est parce que celui-ci à fait des propositions proches (et non identiques) à celles du FN? L'immigration choisie est une forme de maîtrise des flux et de préférence nationale pour les emplois en France: c'est ce que veulent ces électeurs. Le non catégorique à la Turquie (qui l'est moins, depuis le 6 mai): c'est ce que veulent ces électeurs.Quant au nombre de voix abtenus, votre comparaison est bancale: 10,9 millions de voix pour l'UMP et les candidats de la "majorité présidentielle" contre 11,5 pour Sarkozy le 22 avril. 7,3 millions de votes pour le PS, le PRG et les divers gauche (notamment du MRC) contre 9,5 millions pour Ségolène le 22 avril. Il n'y a donc qu'une perte de 2,2 millions de voix en comparant ce qui est comparable !!De même, en ce qui concerne le total des voix PS+UMP (correspondant aux mêmes conditions que la présidentielle, c'est-à-dire en excluant le Nouveau centre pour la droite, les Verts et les communistes pour la gauche), je n'atteint pas 70% !!On peut faire dire ce qu'on veut aux chiffres: dans mon cas, je n'arriverais pas aux même conclusions que vous, d'autant plus qu'entre une présidentielle et une législative, les enjeux n'étant pas les mêmes, il est difficile de faire une comparaison qui soit vraiment pertinente.