La droite pourra gouverner !

Publié le par Bufalo (de l'équipe de Débattons !)

AN.jpg




            La période électorale débutée par la campagne pour la présidentielle s’est clôturée hier lors du second tour des législatives. Quel est le bilan et quels sont les enseignements à tirer d’hier soir ?

 
 
            - Aux extrêmes : le PC s’en est mieux sorti que le laissait croire les sondages, avec 18 députés. S’il accepte l’idée de M. Mamère d’associer dans un même groupe les Verts et les Communistes, il y aura une deuxième force à gauche dans l’Assemblée. Le FN, qui n’avait réussi à placer qu’un seul candidat au second tour, en l’occurrence une candidate, Mme Le Pen n’accède pas à l’hémicycle, cette dernière ayant obtenu 42 % (!) des voix dans sa circonscription du Pas de Calais.
 
            - Au MoDem : avec quatre ou cinq députés, l’avenir s’annonce solitaire pour M. Bayrou. Notons qu’à cause de la meilleure performance que prévue du PS, sa tentative d’OPA sur ce parti et celle de devenir LE principal opposant au gouvernement seront plus ardues.
 
            - Au PS : Les meubles ont été plus que sauvés hier, puisque le PS repart avec plus de députés qu’il n’en avait jusqu’alors. L’imbroglio de la TVA sociale, associée aux prévisions d’une Assemblée à 80 voire 85 % bleue a sans doute remobilisé l’électorat de gauche, et démobilisé quelque peu celui de droite.
Notons tout de même que dès hier soir, certains ont réclamé la démission de M. Hollande, que d’autres ont demandé aux responsables de l’UMP d’infléchir leur politique, comme si la droite n’avait plus la majorité pour gouverner.
Enfin, alors qu’ils exigeaient depuis quelques mois de ne pas mélanger vie privée et vie politique, M. Hollande et Mme Royal n’ont rien trouvé de mieux que d’annoncer leur séparation un jour d’élection. !
 
            - A l’UMP : la victoire est moins belle qu’annoncée, mais il s’agit tout de même d’une victoire. L’UMP dispose à elle seule de la majorité absolue, ses amis du Nouveau Centre disposant d’un groupe à leurs côtés.
Les causes énoncées plus haut ont fait que les circonscriptions qui auraient pu basculer (ou rester à droite) de justesse à droite au vu des résultats du premier tour ont été remportées finalement par des candidats de gauche. La plus grosse déception vient forcément de la défaite de M. Juppé, n°2 du Gouvernement, qu’il faudra donc désormais remplacer, ce qui ne sera pas si simple.
 
 
 
Buffalo
 
 
 
 
PS : Article basé sur les résultats énoncés dimanche soir.

Publié dans Législatives

Commenter cet article

Buffalo (de l'Equipe de Débattons !) 18/06/2007 17:10

@ NewsroomMerci pour ton message. Je passerai, et peut être que mon collègue Hesnoone qussi (message subliminal le retour) voir ton site.@ NicolasToujours est-il que M. Hollande l'a confirmé dans la soirée. Et ce ne sont pas quelques heures qui changent quoi que ce soit au "problème" ; l'Assemblée ne s'ast pas encore réunie, un nouveau Gouvernement n'a pas encore été formé, personne ne connait l'avenir du Parti Socialiste et voilà qu'ils arrivent avec leurs problèmes de couple...

newsroom 18/06/2007 14:31

Excellente initiative, bravo et bonne continuation!! C'est vrai que vous collez à merveille avec l'actualité !!La vague bleue annoncée n'est donc qu'une vaguelette. Les estimations se sont révélées erronées.Si l'actualité vous intéresse, vous la retrouverez traitée simplement et de façon complète sur http://newsroom.zeblog.com/. Nous vous attendons!

Nicolas 18/06/2007 12:28

« Enfin, alors qu’ils exigeaient depuis quelques mois de ne pas mélanger vie privée et vie politique, M. Hollande et Mme Royal n’ont rien trouvé de mieux que d’annoncer leur séparation un jour d’élection. ! »
Une petite précision s'impose, ils comptaient l'annoncer aujourd'hui et pas hier... de l'aveu meme du journaliste de la deux qui a quand même fait l'annonce...