Poste restante

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

poste.gifLes Etats membres se sont mis d'accord hier pour ouvrir à la concurrence ce qui restait encore jusqu'à présent dans le monopole des postes nationales, à savoir la distribution des lettres de moins de cinquante grammes, à l'horizon 2011.
Cette mesure devra toutefois être validée dvant le Parlement européen, mais cela devrait se faire sans grande peine, l'accord des Etats membres étant basé sur les recommandation des députés européens.
Notons également que certains pays ont obtenu un délai supplémentaire de deux ans (principalement les nouveaux entrants, car ils n'étaient pas concernés par les premières étapes de la libéralisation -il y a dix ans, ouverture pour les envois de plus de 350g, en 2003, au plus de 100g et l'an dernier, au plus de 50g- mais aussi le Luxembourg, pour la petitesse de son territoire, et la Grèce, pour son éclatement)

Des mesures pourront toutefois être prises (aide d'Etat par exemple) pour protéger les activités de service public. Les concurrents des ex-monopoles pourraient ainsi être mis à contribution financièrement s'ils n'assurent pas ces fonctions de service public. Ainsi la France envisage à l'heure actuelle de prélever une partie du chiffre d'affaires des nouveaux concurrents.
Ce dernier consiste entre autre à distribuer et à lever le courrier au moins cinq jours par semaine. Les six jours par semaine seront maintenus dans notre pays.

Un pays qui n'ouvrirait pas son marché interdirait à son opérateur en situation de monopole de partir à la conquête des marchés voisins.

En réaction à cet accord, SUD-PTT critique "une fuite en avant" vers une "Europe plus libérale que jamais". Le PCF craint une "augmentation des tarifs et une dégradation de la qualité de service".
Pour le gouvernement, "La Poste est une entreprise très profitable qui se prépare depuis des années à cette ultime étape. Les droits des clients sont assurés" (Hervé Novelli, Secrétaire d'État aux Entreprises)

Publié dans Economie-Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article