Un parti plein d'avenir

Publié le par L'équipe de Débattons !

Dilemme au Parti Socialiste : quelle sera leur position sur le traité simplifié, qui a été adopté cette nuit par les 27 chefs d’état de l’Union Européenne. On ne se souvient que trop des batailles intestines qui auraient pu aller jusqu’à l’explosion du PS il y a un peu plus de deux ans, lorsque le référendum était au centre de toutes les préoccupations.



M. Hollande aimerait un nouveau référendum, mais M. Sarkozy a refermé la porte. Que faire alors, lorsque  le Congrès se réunira pour adopter de manière définitive le texte ?

M. Montebourg l’assure, ils n’ont "pas peur d’affronter [leurs] débats". Mais ce débat dérive peu à peu de celui originel, qui concernait le texte lui-même. Désormais les discussions, d’une manière bien peu égocentrique, sont tournées vers le Parti, vers ce que doit faire le Parti. Peu importe la France, peu importe l’Europe, l’important c’est que le parti reste "uni" !
 

 

Une solution est alors présentée par de plus en plus de personnes : l’abstention !

"La bonne stratégie est de demander un référendum et de recommander l'abstention", selon Mme Pervenche Berès.
"On ne s'en sort bien que sur l'abstention", selon M. Henri Emmanuelli ; notez le "on" qui permet de se rendre compte que ce sont bien la préservation des intérêts supérieurs de la France qui les préoccupe.
 

Ne caricaturons pas, tout le monde au PS ne défend pas cette abstention, apporteuse d’idées nouvelles et d’avancées dans le débat.

"L'abstention n'est pas acceptable. Nous n'aurions pas d'avis ?", selon Mme Sandrine Mazetier, qui propose donc… une "non participation" (!) qui elle montrerait bien la richesse du vivier d'"avis" du PS. 


Rendons grâce toutefois à MM Bernard Poignant et Pierre Moscovici qui estime respectivement que tout cela (les propositions d’abstention) est "ridicule" et que "pour un parti qui veut se rénover, commencer par une abstention n'est pas très positif". 

 

Dernier défenseur du "non", M. Mélenchon qui aimerait feire voter contre, pour que le "oui" n’obtienne pas la majorité des trois cinquièmes, condition sine qua non pour l’adoption du traité par voie parlementaire, afin d’obliger M. Sarkozy a convoqué les électeurs pour un nouveau référendum. 


Source : Le Figaro

Commenter cet article

Aurélien Royer 29/10/2007 15:13

A cause de la masse de travail que je dois supporter en cette veille de vacances, vous aurez remarqué que je n'ai que peu visiter votre blog dernièrement... et quej'ai ralenti ma propre production sur mon blog.Je me rattrape ce lundi mais, mon commentaire intervenant après la décision prise par le PS, je peux difficilement donner mon avis... consultez l'article que je m'apprête à publier sur ce sujet !PS. Je préfère que vous laissiez peu de commentaires sur mon blog, mais que vous alimentiez ma communauté "Pour un monde meilleur" !

Jacques Heurtault 21/10/2007 00:37

Les socialistes n'ont décidément pas fini de nous écoeurer ...

Buffalo (de l'Equipe de Débattons !) 21/10/2007 21:05

Eh oui, on pourra toujours compé sur eux !Désolé si je ne poste pas de coms sur votre blog dernièrement (et ça vaut ausso pour Aurélien) mais j'ai une connection très défectueuse chez moi actuellement, et les pages pour commenter ne s'ouvrent pas ; j'essaierai de me rattraper depuis les ordis de mon école dans la semaine !