Réagissez : les critiques de M. Bayrou

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

François Bayrou s'est montré sévère dimanche soir à l'égard de Nicolas Sarkozy, dénonçant notamment son manque de neutralité politique et "la récupération politique" du rugby et de la personnalité de Guy Môquet.

Alors que le chef de l'Etat se trouvait au même moment au siège de l'UMP pour expliquer au bureau politique le traité européen simplifié, le président du MoDem a dit "regretter", lors du "Grand rendez-vous" Europe-1/TV5Monde/Le Parisien-Aujourd'hui en France, ce déplacement, qu'il a qualifié de "faute contre la fonction" présidentielle.

"La fonction de président de la République exige quelqu'un qui soit au-dessus des partis et non pas qui considère que c'est devant son parti qu'il doit aller s'expliquer", a-t-il déclaré, estimant que "le président de la République n'est pas un chef de gouvernement" mais "d'abord le chef de l'Etat", et qu'à ce titre, il est tenu à une certaine "neutralité".

"Déjà, recevoir à l'Elysée les parlementaires de son parti ou de sa majorité, c'était un manquement à cet équilibre", a dénoncé le député des Pyrénées-Atlantiques, estimant qu'"aujourd'hui", les choses allaient encore "plus loin", puisque M. Sarkozy s'organise "depuis longtemps (...) pour aller devant le congrès de son parti".

François Bayrou a ensuite déploré la "récupération politique" du sport et de l'histoire par Nicolas Sarkozy, dans laquelle il a lu un "très mauvais signe" pour la République française. "Je n'ai pas aimé, mais alors pas du tout aimé (...), vraiment même détesté, la récupération politique du rugby", a déclaré M. Bayrou, se référant notamment à l'annonce faite il y a quatre mois de la nomination différée de Bernard Laporte, alors sélectionneur du XV de France, comme secrétaire d'Etat à la Jeunesse et au Sport.

Poursuivant sur la même idée, l'élu centriste a estimé que la lecture de la lettre du jeune résistant communiste Guy Môquet "le même jour à la même heure dans toutes les classes" ne "ressembl(ait) pas à ce que la République française et la démocratie en France ont fait pendant des années".

"L'Etat ne doit pas se mêler de l'histoire, l'Etat ne doit pas organiser la promotion en figure héroïque de qui que ce soit", a-t-il soutenu. "Le propre d'une démocratie, c'est que l'Etat est respectueux de la séparation nécessaire entre les historiens et les professeurs, et les ordres qu'il donne". "Chaque fois que l'Etat se mêle de l'exploitation de l'Histoire, c'est un très mauvais signe", a-t-il conclu.

Source :
http://fr.news.yahoo.com/ap/20071021/tpl-politique-sarkozy-bayrou-cfb2994_1.html



Publié dans Politique politicienne

Commenter cet article

Aurélien Royer 29/10/2007 15:04

Je me sens bien seul à la lecture de ces trois commentaires:1- d'une part, ma conception de la présidence de la République est plus proche de celle de M. Bayrou (un président, chef d'une majorité parlementaire, qui valide et accompagne son action, mais pas d'un seul parti !) que de celle de M. sarkozy !2- la récupération politique du rugby: là, je ne suis pas d'accord avec M. Bayrou. L'attitude la plus déplorable n'est pas celle d'un président qui est le premier des supporters du XV de France, mais bien celle de Laporte (l'épisode de la lettre de Guy Moquet lue aux joueurs est, sur ce point, illustratif de l'état d'esprit d'un courtisan de sa Majesté !).3- et la transition est faite sur l'affaire Guy Moquet. Je m'exprime autant comme enseignant d'histoire que comme citoyen: l'obligation faite aux enseignants de faire lire cette lettre à telle date, et de la mettre dans son contexte historique (c'était, en effet, nécessaire !) n'est pas acceptable, pour trois raisons.A- que le chef de l'Etat ait trouvé cette lettre émouante (et elle l'est), il n'est pas question de le remettre en cause... mais qu'il décide d'en rendre la lecture obligatoire, c'est une mauvaise décision. Il aurait mieux valu l'inscrire dans les programmes d'histoire des classes concernées en tant que document patrimonial.B- dans les faits, la lecture n'a pas toujours été bénéfique. Exemple: une de mes classes a lu la lettre avec son professeur principal, professeur de sport, la classe n'ayant pas cours d'histoire le lundi. Prendre trente minutes pour lire la lettre et en débattre, assis par terre, dans un gymanse, avant d'aller courir le 1000 mètres, est-ce énéfique?C- enfin, il y a bien récupération politique dans la mesure où cette lettre (qui n'est pas très illustrative de ce qu'a été la résistance) véhicule des sentiments qui ne font pas partie de la formation que doit recevoir un futur citoyen. Le président s'est bien gardé de faire lire l'autre lettre, retrouvée sur le pauvre Guy Moquet, après son exécution et qui, pour éclairer les élèves sur ce qu'a été la résistance, était bien plus pertinente.Nuançons. Ladite seconde lettre, qui appelle à la révolution socialiste contre le capitalisme, est bien plus politique: si un jour un gouvernement de gauche devait obliger à la lecture de celle-ci, il serait tout aussi nécessaire de le refuser (ce serait aussi une opération de récupération politique, qui ne peut que saborder notre travail d'enseignant) !

Buffalo (de l'Equipe de Debattons !) 24/10/2007 15:27

Il est dommage qu'une nouvelle fois, mais c'est loin d'être une exclusivité de la gauche et du centre, que l'opposition s'enferme encore dans une opposition... de principe, et par principe

Jacques Heurtault 23/10/2007 19:43

En tant que membre du Modem, je DESAPROUVE FORMELLEMENT cette prise de position de François Bayrou!

Candide 23/10/2007 09:49

C'est un problème existentiel au quel est confronté Bayrou, laminé par sa faute,au sortir des élections."To be or not to be ? est son seul casse-têteDès lors n'auyant aucune possibilié d'agir avec son groupuscule il se transforme en mouche du coche ou en taon du char de l'etat.Ses propos sur Mocquet et les profs sont à rapprocher de sa conduite de l'Education nationale laissée en jachère pendant qu'il en était le ministre. Tout occupé à faire ami ami avec les syndicats les plus sectaires de la fonction publique il a été le plus inactif de tous les titulaires de ce maroquin.