"Kadhafigate"

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

kadhafi.jpg
En parallèle à la visite du dictateur lybien, et pour poursuivre le débat initié dans le "réagissez" de dimanche dernier, voici le résumé de la passe d'armes M. Ayrault, Président du groupe Socialiste à l'Assemblée et M Kouchner Ministre des Affaires étrangères.

Le premier a dénoncé chez le second "le comble de la tartufferie" :

"Vous séchez toutes les rencontres officielles avec le colonel Kadhafi et en même temps vous justifiez sa visite. Que vous mangiez votre haut-de-forme, c’est votre problème. Que vous cautionniez tout ce que vous avez naguère combattu, ça devient le problème de la France" (*)

M. Kouchner a répondu en rappelant le passé, notamment mittérandien :

"
J’ai été touché par ce que vous avez dit. Cela m’est arrivé d’être touché plusieurs fois, en particulier quand ce fut le président Mitterrand qui, en 1984, a rencontré Kadhafi dans une période qui était autrement difficile. Il m’est arrivé d’être touché lorsque c’était Jaruzelski qui visitait la France. Il m’est arrivé d’être touché lorsque M. Mitterrand a rencontré le Syrien Hafez al-Assad.» (**)


Et de préciser que cette visite n'aurait pas été possible sans la libération des infirmières bulgares.



Deux choses principalement :

1/ Soit il est "mal" d'accueillir un dictateur quelqu'il soit, et dans ce cas le "ils l'ont fait avant donc silence on peut le faire aussi" de M. Kouchner devient ridicule. S'il est "mal" de faire cela, pourquoi le faire ? Si c'est "bien", pourquoi se défendre en rappelant que d'autres l'ont fait ? On sent un French Doctor bien embarassé sur cette question...

2/ Est-ce mal ou est-ce bien alors ? Hum, je ne prétends bien sûr pas répondre à cette question ! Je ne suis pas convaincu qu'un cordon de sécurité autour des dictateurs soit réellement efficace : regardez l'embargo sur l'Irak à l'époque de M. Hussein, un embargo, une population qui souffre, et quels résultats sur le respect des droits de l'homme et de la démocratie ? Et il y en a de bien nombreux exemples (Cuba, pas mal de dictatures africaines, etc.)
Doit-on n'avoir de relations de chef d'état à chef d'état qu'entre pays véritablement démocratiques ? Dans ce cas, j'ai bien peur que l'on soit obligé de laisser bon nombre de pays, et pas les moindres Chine, Pakistan, Russie, une bonne part de l'Afrique et du Moyen-Orient (!!), de côté. Peut-on se le permettre ? Je ne le pense pas.
Certes, M. Kadhafi a en plus un passé supposé de financier du terrorisme. Mais il ne l'est plus, bien qu'évidemment, j'aimerais qu'il ne dirige plus la Lybie et qu'il réponde de ses actes devant une cour de justice, mais d'ici là, acceptons de le recevoir, à condition que l'accent soit mis sur ses (nombreux défauts), notamment sur la question des droits de l'homme (***).



(*) http://www.liberation.fr/actualite/politiques/297295.FR.php et http://www.lefigaro.fr/politique/2007/12/11/01002-20071211ARTFIG00582-kouchner-violemment-pris-a-partie-a-lassemblee.php
(**) Cette réponse ne se trouve pas sur le site de Libération, à mon grand regret, puisque j'estime qu'un journal de ce standing se doit, sans remettre en cause son droit à la partialité, au moins de donner la réponse d'un homme politique lorsqu'il est, à tort ou à raison, attaqué et que cette réponse existe !
(***) Sujet qui fait polémique d'ailleurs : voir l'article de Libération.

Commenter cet article