En bref...

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

- 35h :

Malgré les cris d'effroi des syndicats et de l'opposition, les salairés ne sont pas opposés à leur remise en cause, en tout cas ceux de l'usine Continental de Moselle. Ils ont ainsi voté le passage à 40h à 74% ! Bénéfice pour eux : +25% pour les heures supplémentaires et un doublement de leur selaire les jours fériés. Cela devrait entrainer une hausse de 6% des salaires annuels des ouvriers.
Leurs représentants syndicaux ont dénoncé un chantage à l'emploi.

Je ne connais pas les conditions dans lesquels s'est déroulé ce vote, je ne peux donc statuer sur la réalité de ce  "chantage". Je note cependant qu'il est assez ironique que ce sont ceux qui menacent en permanence de lancer des grèves (on se souvient par exemple de la CGT, qui a depuis reculé, mais qui avait lancé un préavis de grève alors que le Gouvernement, les syndicats et la direction de la SNCF étaient en pleine négociations depuis quelques jours suite au mouvement précédent) qui se plaignent par la suite de menaces supposées.


- Carla Bruni :

Pour moi, il n'y a rien à dire :
Soit il s'agit d'une histoire arrangée, et dans ce cas, il faut le démontrer pour pouvoir critiquer ensuite, ce qui sera alors très justifiée,
soit il s'agit d'une véritable histoire, alors pourquoi M Sarkozy n'aurait-il pas le droit de se rendre au pays de Mickey ? Y-a-t-il des lieux ou le Président de la Républque aurait besoin de l'accord de l'opposition pour s'y rendre ?


- CO2 Bruxellois :

L'Union Européenne peine à mettre en place ses propositions pour réduire l'émission en CO2 des automobiles. Au coeur de ce débat, les constructeurs allemands d'une part, qui ont misé sur les grosses berlines, qui polluent allegrement, et ceux français et italiens, qui sont plutôt positionnés sur els petits modèles. Les véhicules de ces derniers émettent en moyenne 30 rammes de moins que les premiers (1). Déjà les constructeurs allemands ont obtenu le droit de s'associer avec d'autres constructeurs pour "moyenner"  leur émissions.
L'accord échoppé désormais sur les amendes que les constructeurs devront payer s'ils ne parviennent pas à passer sous la limite qui sera fixée.
Il est dommage que les gouvernements de l'Europe toute entière ne sachent toujours pas mettre leurs intérêts propes derrière l'intérêt collectif, qui est ici la survie de l'humanité toute entière. Après les difficultés rencontrées à Bali, cela n'est pas de bon augure pour les prochaines négociations, au niveau européen ou mondial, qui aurot pour objet le dérèglement climatique.


(1) http://fr.news.yahoo.com/afp/20071219/tbs-ue-automobile-environnement-climat-p-f41e315_1.html

Publié dans Brèves

Commenter cet article

Buffalo (de l'Equipe de Débattons !) 23/12/2007 15:12

-Rien à redire-Cela est d'autant plus vrai que certains médias critiquent  ces surmédiatisation de tout ce qui est parapolitique, tout en revenant sans cesse sur les évolutions des vies privées des personnes politiques. Les guignols, par exemple, que j'aime bien regarder par ailleurs, reprochent à sarko de ne parler que de sa vie perso, mais eux mêmes sont revenus tous les jours de cette semaine (je viens de regarder la redif ce midi) sur cette affaire. Et cela n'est pas valble que pour eux.-ok

Aurélien Royer 22/12/2007 10:47

Voici mes commentaires, point par point:- ce vote montre aussi le décalage qui peut exister entre les syndicats et leur base (les syndiqués) mais aussi entre les syndicats et l'ensemble des salariés. Pour ce qui est du temps de travail, je commence à faire partie de ceux qui pensent qu'il ne fait enfermer tous les salariés dans un même cadre et que des négociations par branche, tenant compte de la pénibilité et des besoins du secteur, sont préférables.- je passe sur le deuxième point car celane m'intéresse pas du tout. Je ne suis pas sarkozyste, mais j'en ai un peu marre qu'on ne regarde que ses gesticulations et pas ses projets... même si son but est que ses gesticulations cachent une partie de ses projets !- tout à fait d'accord avec votre conclusion: l'un des problèmes de l'Europe, c'est cette difficulté à comprendre (de la part de nos irigeants, ce qui est encore plus grave) qu'il peut exister un intérêt européen. A mon avis, cela montre assez bien que, malgré le traité Sarkozy, qui est la réplique du traité Giscard, l'Europe est en panne d'idées et de motivations. Ses habitants sont majoritairement attirés par ce beau projet, ce qui n'est pas le cas de dirigeants qui ne pensent qu'à savoir combien tel ou tel pays aura de députés au Parlement de Starsbourg (pour défendre, justement, ses intérêts propres). Quelle misère !