Le dernier Réagissez de 2007, avancé au samedi...

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

Premier article, la situation au Pakistan au coeur de la course à l'investiture pour les candidats à la présidence américaine... :

STORY CITY, Iowa (Reuters) - Hillary Clinton a appelé vendredi à une enquête internationale sur l'assassinat de Benazir Bhutto, prétexte à l'exposition, par les candidats à l'investiture pour la présidentielle américaine, de leur vision de la politique étrangère six jours avant les caucus dans l'Iowa.

La sénatrice de New York, qui tente de se démarquer des autres démocrates Barack Obama et John Edwards dans cet Etat, a remis en question la crédibilité du président pakistanais Pervez Musharraf et déclaré que l'assassinat de la chef de file de l'opposition ne militait pas en faveur de la politique adoptée par le président George Bush dans la région.

Le Pakistan, puissance nucléaire, est un allié-clé des Etats-Unis dans la guerre contre le terrorisme.

"Il est clair que la politique de Bush - le chèque en blanc donné à Musharraf - a échoué", a déclaré la sénatrice à Story City, dans le centre-nord de l'Iowa. "Il nous faut une enquête internationale et indépendante sur le décès de Benazir Bhutto."

Les sondages annoncent une course serrée au sein des deux partis dans l'Iowa, qui ouvre jeudi le bal des caucus et primaires visant à désigner les candidats républicain et démocrate pour la présidentielle de novembre 2008.

L'assassinat de Bhutto, jeudi, a fourni l'occasion aux candidats d'exposer leur vision en matière de politique étrangère et, dans le cas d'Hillary Clinton - ancienne "First Lady" - et de John Edwards, de mettre en avant leur expérience.

Les entourages d'Hillary Clinton et d'Obama se sont accusés mutuellement de vouloir politiser sa mort tandis que, côté républicain, Mitt Romney et Mike Huckabee peinaient à dissiper leur image de relatifs novices dans ce domaine.

Plusieurs démocrates ont sévèrement jugé Musharraf.

"Nous avons donné des milliards de dollars d'aide au président Musharraf et il ne s'est pas concentré sur la lutte contre la menace terroriste, qui va croissant", a déclaré Obama, sénateur de l'Illinois, à Willamsburg, dans l'Iowa, sans toutefois appeler à sa démission.

Bill Richardson, gouverneur du Nouveau-Mexique et ancien ambassadeur des Etats-Unis à l'Onu, a reproché à ses adversaires démocrates de ne pas avoir préconisé le départ de Musharraf. Il s'est prononcé pour une suspension, jusqu'à ce qu'il démissionne, du volet de l'aide militaire américaine à Islamabad qui ne concerne pas spécifiquement la lutte contre le terrorisme.

Avec Ed Stoddard, Andy Sullivan et Carey Gillam, version française Natacha Crnjanski

de :
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20071229/twl-usa-primaires-bd5ae06_1.html



Second article : la politique extérieure de M. Sarkozy vu par M. Bayrou...

PARIS (Reuters) - François Bayrou déplore la "présidence de complaisance" incarnée à ses yeux par Nicolas Sarkozy.

"Les raisons de fond qui ont fait que je n'ai pas voté pour Nicolas Sarkozy apparaissent aujourd'hui de manière extrêmement forte", sur le plan diplomatique et dans les "liaisons perpétuelles avec de très gros intérêts" économiques, a expliqué le président du MoDem sur Europe 1.

"Au lieu d'avoir une France en situation de résistance pour défendre un modèle face aux puissances de la planète, face aux Etats-Unis d'un côté, face à la Chine de l'autre, pour porter un drapeau face à des dictateurs (...) on a une France en complaisance", a-t-il estimé.

Les déclarations de Nicolas Sarkozy sur Taïwan ou le Tibet lors de sa visite en Chine, "c'est quelque chose qui est en rupture avec ce que nous voulons de notre pays et du message international qui est le sien", a-t-il ajouté.

Même s'il avait beaucoup de "dissensions politiques" avec Jacques Chirac, François Bayrou lui sait gré d'avoir "tenu le drapeau de la France à la hauteur" notamment au moment de la guerre en Irak.

"Ces derniers jours, on a vu s'étaler complaisamment une espèce d'intimité qui pour moi est malsaine" entre le monde politique et le monde des affaires, a poursuivi le dirigeant centriste.

Comme au lendemain de son élection à l'Elysée, Nicolas Sarkozy est parti en vacances mardi à bord d'un avion appartenant à l'homme d'affaires Vincent Bolloré. Pour François Bayrou, "c'est grave pour la France".

"Il y a un seul endroit en France qui devrait être préservé de l'influence de l'argent et cet endroit c'est la présidence de la République", a-t-il insisté, estimant que Nicolas Sarkozy faisait "le choix contraire".


de : http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20071229/tts-france-bayrou-sarkozy-ca02f96_1.html

Commenter cet article

Buffalo (de l'Equipe de Débattons !) 03/01/2008 11:02

Allez, puisqu'il faut se lancer... : Guilani/Obama, et je place moi aussi Obama vainqueur

Aurélien Royer 02/01/2008 21:13

OK. Je parie donc sur le duel que je citais et sur la victoire du démocrate Obama ! Et vous?

Buffalo (de l'Equipe de Débattons !) 02/01/2008 11:20

C'est vrai que c'est moche !On prend slas paris alors ? :p

Aurélien Royer 02/01/2008 09:50

Je vous le confirme: on dit et on écrit bien "vainqueure" (même si ce n'est pas très beau !).Pour ce qui est de la présidentielle américaine, Jacques, je crois que vous avez bien fait de commencer votre phrase par "si..." car c'est loin d'être gagné pour elle ! Un duel Obama-Huckabee serait-il à l'horizon, avec la victoire du premier?

Buffalo (de l'Equipe de Débattons !) 31/12/2007 11:54

Pas mal, pas mal... je pencherai pour vainqueure, comme ça, mais faudrait vérfier