Ca bouge à gauche

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

"J'ai une responsabilité en tant qu'ancienne candidate à l'élection présidentielle qui a soulevé beaucoup d'espoirs (...) et bien sûr en cette année, je compte aller jusqu'au bout de ce que j'ai entamé au cours de cette campagne présidentielle pour rénover la gauche", a annoncé Mme Royal, après avoir confirmé qu'elle était toujours ouverte à l'éventualité de prendre la tête du PS si "[je suis] capable de rassembler les socialistes".

Cela m'inspire deux choses contradictoires : premièrement, je ne suis pas convaincu, loin de là, qu'elle soit le plus à même de mener le PS vers la victoire à moyen et long terme, et de mener la nécessaire refonte de ce parti. Cependant, je ne vois pas qui à part elle (Delanoë me semble trop court pour l'automne, mais je ne me base sur rien de précis, c'est juste un sentiment ; Fabius sera hors course -qui a dit "comme d'habitude" ?- ) pourrait sortir en tête lors du Congrès !



Pendant ce temps, M. Bové a entamé une grève de la faim sans que cela soit selon lui un "coup médiatique". D'ailleurs, qui pourrait me citer un seul "coup médiatique" de José ? C'est vraiment pas son genre ! Il réclame la mise en place d'un moratoire sur les cultures de maïs OGM.

Croit-il vraiment que sa grève de la faim amédiatique (place aux néologismes) forcera le Gouvernement à suivre ses propositions ? Je doute que le Gouvernement recule pour faire plaisir à M. Bové, et je doute également que ce dernier y croit lui-même !

Publié dans Brèves

Commenter cet article

Aurélien Royer 03/01/2008 14:40

Pour José Bové, il n'est pas question de faire reculer le gouvernement... sauf si je n'ai rien compris à ce qu'a dit Sarko dans un de ses discours de président, où il parlait d'un moratoire sur les OGM. Bové ne fait que réclamer que les actes correspondent aux paroles: cela mérite bien un coup médiatique, faute de quoi cela n'arrivera pas ! Tant les enjeux économiques et les pressions sont importants !Pour ce qui est du PS, je partage votre deuxième remarque, bien qu'à l'intérieur du parti, Delanoë ait une carte à jouer... il est assez populaire et défend une ligne "jospinienne" qui ne repose pas que sur du vent. Pour Ségolène, je considère que ce qu'elle a entrepris pendant la campagne est un début de rénovation... mais il lui a manqué de temps !Si j'ai le courage, j'écrirai un article sur ce thème cet après-midi... au pire, rdv demain !