Actus politique nationale de ce milieu de semaine :

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

Enfin !
Il était temps : un chef de parti, en l'occurence M. Bayrou, s'est déclaré contre un nationalisation, voire une personnalisation autour de M. Sarkozy, de l'enjeu des scrutins municipaux.
Tous les autres chefs de parti disent qu'ils vont faire un référendum pour ou contre Sarkozy. Moi, je veux d'abord une élection pour offrir un vrai choix. Je ne veux pas transformer les élections municipales en référendum politique. (1)
François Bayrou, Président du Mouvement Démocrate


Je ne chante pas souvent ses louanges, mais là, je ne peux qu'applaudir un des principaux opposants de Gouvernement qui ne souhaite pas profiter de la faiblesse actuel du Président de la République pour gagner quelques voix !
Espérons qu'il sera suivi par d'autres, notamment par le PS.
Malheureusement, vu dans les rues de Grenoble, et sans doute ailleurs, une affiche Lutte Ouvrière exprimant l'idée qu"une "voix de plus pour LO, c'est une gifle de plus pour Sarko". Déplorable !








Pouvoir d'achat
Il s'agit de la principale préoccupation des Français ; nul n'ignore désormais les conclusions du dossier publié par le magazine 60 millions de consommateurs montrant l'explosion littérale de certains produits, dont plusieurs sont de première nécessité ces derniers mois.
Malgré quelques critiques sur la méthode utilisée pour l'enquête,

(
*mise en exergue uniquement des produits ayant subi de fortes hausses,
*comparaison de prix sur les sites internet des plus importantes enseignes de la grande distribution - Carrefour a ainsi déclaré que les hausses n'avaient pas la même ampleur dans les rayons, exhibant un article ayant subi une hausse de plus de 45% selon l'enquête de 60 millions de consommateurs, mais qui n'aurait augmenté "que" d'une vingtaine de pourcents dans les magasins "réels" -
*amalgame entre pouvoir d'achat et prix dans l'alimentaire - la part de l'alimentaire dans le total des dépenses des ménages baisse sans cesse depuis des décennies -,
)

il n'en demeure pas moins que ce problème est réel, inquiétant, et qu'il dépasse nos frontières. Sur ce point, le Gouvernement va être attendu au tournant !

Mme Royal, sur RTL, a lancé trois idées pour contribuer à rendre du pouvoir d'achat aux Français :

Premièrement, lorsque le prix de l'essence augmente, il faut baisser les taxes sur l'essence
Lorsque le prix des produits alimentaires augmente, il faut baisser la TVA sur les produits alimentaires et enfin il faut contrôler de toute urgence les marges des grandes surfaces.
Ce qui ne va pas, c'est la loi Raffarin qui protège les grandes surfaces. (2)
Ségolène Royal, candidate socialiste à la présidentielle de 2007



Je ne vais pas revenir sur le troisième point, mise en cause de la loi Raffarin, car je n'en connais pas les détails.
Sur les deux premiers, remarquons tout d'abord qu'ils auront pour effet de diminuer les ressources de l'Etat, et donc d'aggraver le déficit. Dans l'article qui rapportait ces propos, aucune trace d'éventuelles recettes de substitution, ou de diminution de dépenses pour rééquilibrer.
De plus, il parait inapproprié de baisser les taxes sur l'essence, alors que nous savons tous que la hausse du prix du pétrole sera sans doute le cataliseur pour l'emploi et le développement d'autres sources d'énergies moins polluantes et non fossiles.
Et si baisser de quleques points la TVA sur les produits alimentaires aurait des conséquences immédiates et visibles sur le ticket de caisse, cela ne serait qu'une rustine qui ne résoudrait pas le fond du problème.




(1) http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080227/tts-france-municipales-bayrou-ca02f96.html
(2) http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080226/tts-france-pouvoir-dachat-royal-ca02f96.html

Publié dans Economie-Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 04/03/2008 21:43

ah très bien.. J'essaierais si je trouve le temps de visionner la première.

Aurélien Royer 03/03/2008 17:10

Non, en fait je parle de la toute première émission du samedi 23 ! Celle avec le directeur adjoint du Parisien est la deuxième, du 1er mars !

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 03/03/2008 16:50

Tout à fait, il faut réapprendre la patience, bien mis à mal par la société de l'hyperinformation, abondante et immédiate, dans laquelle nous nous plongeons.J'ai vu des extraits de cette émission où étaient réunis M. Schneidermann, et le directeiur de la rédaction du Parisien entre autres. ls sont revenus sur la polémique au parisien de la semaine derniere. Je ne sais pas si tu fais allusion à ce même numéro ou à un autre, ignorant pour ma part duquel il s'agissait.

Aurélien Royer 02/03/2008 14:53

Et j'ajoute le lien vers la page de cette nouvelle émission: http://www.france-info.com/spip.php?article96169&theme=81&sous_theme=264

Aurélien Royer 02/03/2008 14:49

On va attendre avant de crier victoire... soyons patients: faire de la politique, c'est aussi attendre que les décisions, parfois longues à prendre, portent leurs fruits.Je vous signale, à toi et aux autres lecteurs du blog, l'apparition d'un nouveau rendez-vous de France Info, initié par Marianne et uniquement disponible en ligne: "Parlons Net" reçoit tous les samedis une personnalité peu médiatisée pour débattre de l'actualité. Le but est d'associer les journalistes de plusieurs médias, théoriquement concurrents, mais aussi partenaires à l'ère de l'Internet, pour interroger des personnes capables d'apporter une réflexion de fond sur les dossiers chauds.Pour la première émission, David Aniker reçevait le philosophe Alain Finkielkraut: il y expliquait que l'une des ruptures de la présidence Sarkozy, et qui expliquerait sa chute dans les sondages, est ce décalage qui existe entre temps politique et temps médiatique. Jusque-là, nos gouvernants acceptaient ce décalage et ne cédaient pas à la tentation d'aller toujorus plus vite... au détriment du fond des dossiers ! Sarko fait le contraire... et, revers de la médaille, les Français lui reprochent la lenteur de résultats qu'il n'obtiendra pas tout de suite.Prudent, j'attends donc de voir les résultats avant de stigmatiser les mesures prises... sur les heures supp, d'accord. Mais, je reste persuadé que le cadeau fiscal de l'été dernier n'aura aucun impact sur la croissance. Contrairement à ce que Fillon veut nous faire croire, en balançant, dans les médias, que la croissance française serait la plus solide d'Europe... sans chiffre à l'appui, ces déclarations sont totalement gratuites. Personne ne peut les vérifier ! Ce n'est pas cela la politique (c'est lea deuxième fois, aujourd'hui, que j'écris cette phrase !).