Réagissez : Terrible défense

Publié le par Buffalo (de l'Equipe de Débattons !)

Toujours en parallèle au lancement du Terrible, Libération nous donne par cet article son résumé et ses sentiments sur ce discours de M. Sarkozy au sujet de la défense française :


En matière de dissuasion nucléaire, l’important est souvent ce que l’on ne dit pas. Et vendredi à Cherbourg Nicolas Sarkozy a été particulièrement laconique. «Tous ceux qui menaceraient nos intérêts vitaux s’exposeraient à une riposte nucléaire sévère», a simplement prévenu le chef de l’Etat, alors qu’il assistait au lancement du quatrième et dernier sous-marin nucléaire lanceurs d’engins (SNLE), le Terrible. Il s’est bien gardé de s’étendre sur ces «intérêts vitaux», renouant ainsi avec la doctrine stratégique du général de Gaulle. Retour aux «fondamentaux» ,«Nous ne souhaitons pas détailler à l’excès les hypothèses d’emploi de l’arme nucléaire» , glisse-t-on à l’Elysée. précise-t-on dans l’entourage du chef de l’Etat.

C’est à la fois une façon de créer de l’incertitude dans le camp de nos adversaires potentiels - «qui ne manquent pas d’imagination» selon Nicolas Sarkozy -, tout en se démarquant de Jacques Chirac. Dans un discours à L’Ile-Longue en janvier 2006, l’ancien président avait brandi la menace nucléaire contre des Etats utilisant le terrorisme contre la France. Cette intervention, mal comprise, avait nécessité quelques solides mises au point dans les jours qui avaient suivi…

Missiles. Nicolas Sarkozy a également pris ses distances avec son prédécesseur en affirmant «avoir trouvé à [son] arrivée une situation financière plus que difficile» dans les grands programmes d’équipement militaire. Il a promis qu’il ferait «des choix trop longtemps occultés» tout en martelant : «J’exclus absolument de baisser la garde.»

Nicolas Sarkozy a confirmé le maintien de la composante aérienne de la dissuasion, «un choix qui n’allait pas de soi», reconnaît-on à l’Elysée. A côté des quatre sous-marins capables de lancer des missiles intercontinentaux, la France conservera donc des avions pouvant tirer des missiles ASMP à tête nucléaire. Mais leur nombre sera réduit d’un tiers, passant de 60 Mirage 2000 à une quarantaine de Rafale.

«Avec cette réduction, notre arsenal comprendra moins de 300 têtes nucléaires», a indiqué le chef de l’Etat - un chiffre qui n’avait jamais été communiqué officiellement. «C’est la moitié du nombre maximum de têtes que nous ayons eues pendant la guerre froide», a-t-il même précisé.

Désarmement. Le principe défendu est celui de la «stricte suffisance», et Nicolas Sarkozy a qualifié d’«exemplaire» l’attitude de la France en matière de désarmement. Image paradoxale : alors qu’il venait d’assister à la mise à l’eau d’un engin de 13 000 tonnes capables de lancer jusqu’à 96 bombes atomiques, le chef de l’Etat s’est livré à un véritable plaidoyer en faveur de la réduction des arsenaux.

Il a ainsi demandé que les Etats-Unis et la Chine ratifient le traité d’interdiction des essais nucléaires, et que tous les pays démantèlent leurs sites d’essais. Avec la fermeture définitive de Moruroa, la France est le seul pays à l’avoir fait. Les Etats-Unis, la Russie ou la Chine ne procèdent plus à des tests, mais ont gardé la possibilité de réactiver leurs installations.

Face à des pays comme l’Iran, qui «développent à marche forcée des capacités balistiques» et tentent de se doter de l’arme nucléaire, le Président a proposé un «moratoire immédiat» sur la production de matières fissiles, ainsi que «l’ouverture de négociations sur un traité d’interdiction des missiles sol-sol de portée courte et intermédiaire». Les missiles M 51 du Terrible seront, eux, à longue portée. Et lancés depuis la mer.

 

 

 

Voir aussi : cet article,
Source :
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/317078.FR.php

Publié dans Réagissez !

Commenter cet article

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 30/03/2008 19:47

Je pens qu'il a raison d'abaisser notre nombre de têtes nucléaires? De toute façon, en avoir 300 ou 600 ne change pas grand chose alors...Par contre, j'espère bien que sur les autres plans, non seulement le strict minimum sera fait mais même un peu plus.Sur le désarmement, je suis assez pessimiste pour le moment. J'ai l'impression qu'on va plutot vers l'autre sens !Oui, quant aux critiques de l'ère chiraquienne, il faudrait en savoir un peuplus

Aurélien Royer 30/03/2008 14:45

De cet article et des commentaires, je retiens trois informations:- la France ne va pas baisser la garde et continuer d'afficher une politique ferme de défense, face à ces pays qui nous menacent: d'accord !- la France va se contenter du strict minimum: dans la pensée sarkozyenne, cela signifie-t-il qu'il s'agisse de n'avoir qu'une capacité de dissuasion et qu'il faut privilégier le dialogue? Si c'est le cas, tant mieux. Car dans ces pays mençants vivent des millions de personnes qui seront les futures victimes d'éventuelles actions militaires.- ce qui laisse penser que le président souhaite privilégier la diplomatie traditionnelle est son objectif de parvenir à un désarmement progressif et concerté dans le monde. En espérant qu'il soit assez influent pour le concrétiser.- rupture oblige, il critique ce qui se passait sous Chirac, des finances et des choix soi-disant pas clairs... on aimerait avoir des chiffres et des infos qui confirment de tels propos. Pas d'intox, monsieur le président !

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 24/03/2008 18:37

A titre personnel, je suis 100% d'accord avec l'idée de construire un second porte avions (avant d'envisager le troisième :) )est-ce bien ce que vous préconisez également ?

Jacques Heurtault 23/03/2008 19:22

Nous ne disposons que d'un seul porte-avions! Il est actuellement en cale sêche pour maintenance pour une durée totale de 18 mois ... Cela veut dire que, pour être capable d'avoir un porte-avions opérationnel en permanence, il nous en faut environ 3 ... Coût : 15 milliards d'euros (aujourd'hui!). Il y a un problème!