Tibet et JO (encore une fois)

Publié le par L'Equipe de Débattons !

Les Jeux Olympiques et le Tibet, les deux sujets se retrouvent mélangés, comme s'ils étaient indissociables. Encore un article dessus, au risque de lasser.

Il n'est pas exclu que l'erreur primitive ait été de confier à la Chine l'organisation des Jeux olympiques. Le mal est fait. Il faut maintenant l'assumer.
[...]
Le sport est, ou devrait être, au-dessus de tout débat politique. Des jeux ont été organisés dans l'Allemagne hitlérienne. Ils ont eu lieu. Il n'est pas possible de mettre la Chine d'aujourd'hui, qui a fait, depuis Mao, des progrès évidents et qui est en route vers quelque chose qui ressemble même de loin à une libéralisation, sur le même plan qu'une Allemagne national-socialiste qui préparait ouvertement la guerre
[...]
Il y a un paradoxe à manifester contre la flamme olympique tant nous n'avons pas bougé d'un pouce contre les horreurs de Mao, qu'on appelait le « Grand Timonier », et de la Bande des quatre. Ce n'est pas contre les Jeux olympiques à Pékin qu'il faut nous élever avec ardeur. C'est contre les restes d'un régime inacceptable que nous avons trop longtemps supporté sans un mot et que beaucoup ont même soutenu.
[...]
La seule façon de sortir avec le moins de dégâts possible de la situation où l'ensemble des nations est en train de s'engluer est de laisser le sport au-dessus des débats politiques et de garder à l'esprit et au cœur la ferme résolution d'aider dès demain de toutes nos forces la cause des Tibétains et des droits de l'homme.

L'ennemi, ce n'est pas le sport. L'ennemi, c'est la Chine d'hier, dont la Chine de demain tente, avec encore trop de mollesse, de se dégager. Il faut participer aux Jeux olympiques.

Jean d'Ormesson de l'Académie française. (1)

Je tenais à vous faire partager cet article qui rejoint ce que j'ai écrit hier que je simplifie volontairement en : ne confondons pas lutte contre le régime chinois et lutte contre les Chinois. 
Et relativisons l'action de certains dirigeants politiques qui agissent plus pour des besoins d'image, pour suivre une mode, que pour défendre une noble cause. J
e suis trop jeune pour m'en souvenir, mais le Président Mittérand et les hommes politiques de la majorité d'alors ont-ils autant fait de bruit autour des actions du Grand Timonier, de sa révolution culturelle et de son livre rouge ? Pour ne pas parler du bond en avant et de la bande des quatre... Pourtant, la situation d'alors était autrement plus préoccupante.

Ce qui suis est différent. Interpellé par ce tapage médiatique autour du Tibet, j'ai cherché à me renseigner afin de me faire ma propre opinion sur les revendications des parties en présence. Et je suis tombé sur ceci, une réponse d'un étudiant chinois dans l'article "Tibet" (je ne reprends pas l'orthographe et recopie in extenso) :


Etant un chinois ordinaire, je suis plusieurs fois embêté par les occidentaux pour l'indépendance de Tibet.
35 millions de chinois sont morts pendant la seconde guerre mondiale, aussi la seconde guerre sino-japonaise. Un an avant , à Lyon, sur le sujet là, un français m’a dit face en face : c'est bien fait pour les chinois, comme ils ont envahi le Tibet. Deux ans avant, à Bordeaux, une amies chinoise de 19ans s’est plaint à moi que sa première journée en France, dans l'institut de la langue française, elle a rencontré un italien ; ce garçon lui a montré un journal qui parle le Tibet, cet italien lui demande l'indépendance de Tibet. Mon amie a répondu, on n'est qu'une petite étudiante non autorité, ni politicien. Mais, cet italien n'arrête pas de l'embêter. Un ans avant à Lyon, une autre amie chinoise de 24ans, m'a raconté, comme il y avait un petit malentendu avec ses voisins , alors les voisins français ont mis la fiche de l'indépendance de Tibet devant sa porte.
Oui, la presse communiste n'est pas honnête, la presse occidentale n'est pas beaucoup mieux. Franchement, je suis déçu par la démocratie. Est-ce les français supportent on raconte la Corse à la façon de Tibet ? Est-ce que les citoyens espagnols, anglais, américains soient embêtée à l'étranger en raison de l'indépendance d'Ecosse, de Basque, de Hawaï? Je me sens que c'est une campagne contre chaque chinois. En cette raison là, je commencé étudier l'histoire de Tibet en France, pour mieux répondre. En Chine, je n'avait pas opposé l'indépendance de Tibet, on en avait entendu. Honnêtement, le Tibet n'est pas une bourse pour la Chine. Mais maintenant, je pense que la Chine ne doit pas lâcher le Tibet sous la condition actuelle, c'est également accepter toutes calomnies sur les Chinois.


Nous voulons que la Chine se démocratise, alors nous nous aliénons les Chinois, nous les decevons. Normal ?

En agissant comme nous avons agi, en humiliant les Chinois, nous les "forçons" à soutenir leur régime : il est tellement facile pour le gouvernement de rappeler à son peuple combien ils ont souffert du morcelement de leur pays, notamment à cause de nous, puissances coloniales !

Vous me direz que peu importe, il faut défendre la liberté d'une nation. Certes, mais n'idéalisons pas. En 1949 le Tibet était encore une théocratie féodale. Avec tout ce que cela implique en termes de droits de l'homme.
Le Tibet a été envahi par la Chine en 1949 ? Il semble que l'armée rouge chinoise a été invitée par le 10ème Panchen-lama à libérer le Tibet extérieur (3)
Enfin, rappelons que, en 1720, les empereurs de la dynastie mandchoue des Qing qui prennent le pouvoir après l'effondrement de la dynastie Han des Ming exercèrent une influence politique sur le Tibet proche du protectorat sans toutefois l'incorporer dans leur empire.(4) Et, en 1893, l’Angleterre admet une quasi-souveraineté chinoise (5). A titre de comparaison, Nice n'est francaise que depuis 1860.


L'objectif ici n'est pas de faire un cours d'histoire, je n'ai pas les compétences pour, pas plus que de soutenir l'action de la Chine.
Non, l'objectif est juste de rappeler à tous que le monde est complexe et que se baser sur les seuls journaux français - renommés pour leur objectivité ! - est un peu juste pour se forger une opinion. L'objectif est de redire une fois de plus que "brandir «La menace de non-participation aux JO» sans forcément la mettre en application" comme le recommande Mme Royal (6) est non seulement ridicule mais nuisible pour la cause que l'on prétend défendre.




Hesnoone (qui va se faire tuer par Buffalo à force de dire "pas que des choses bien" :D)


(1)http://www.lefigaro.fr/debats/2008/04/08/01005-20080408ARTFIG00389-paix-a-la-flamme-olympique-.php
(2)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Discuter:Tibet#l.27occupation_de_la_Chine_communiste_au_Tibet_.C3.A9tait_l.C3.A9gale
(3) Toujours l'intervention de l'étudiant chinois. Cette version semble confirmée par le Robert.
(4)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Tibet#De_la_vassalit.C3.A9_.C3.A0_la_colonisation_1720-1908
(5) idem
(6)
http://www.lefigaro.fr/politique/2008/04/12/01002-20080412ARTFIG00186-en-inde-la-socialiste-rencontre-la-sur-du-dalai-lama.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Buffalo (de l Equipe de Debattons !) 10/05/2008 22:25

Oh non je ne vais pas te tuer hesnoone... Je pense qu'Aurélien t'a répondu... à ton tour !

Aurélien Royer 27/04/2008 10:27

Une 1ère remarque introductive: il est à noter que tous ceux qui s'opposent à ce que tentent de faire les dirigeants occidentaux reprennent sans cesse les deux mêmes arguments.- d'une part, ne pas mélanger sport et politique. Je le répète, personne ne demande le boycott des épreuves sportives. Boycotter la cérémonie d'ouverture, dont le caractère politique est indéniable, est la seule occasion de faire bouger les choses. Et les évènements récents, de ces derniers jours, le prouvent: les dirigeants chinois, à qui plusieurs émissaires français ont parler, ont une peur énorme de râter leur propagande du 1er jour !- d'autre part, il est toujorus question de la Chine d'hier, de ce qui s'est passé sous Mao, sous Mitterrand. Pour construire la Chine de demain, ne serait-il pas plus pertinent de tourner le dos au passé, de cesser de parler de choses que les plus jeunes n'ont pas connu, pour créer quelque chose qui soit à 100% tourné vers l'avenir?Dans la même logique, il y en a marre des hommes politiques de droite qui, dès qu'ils sont face à un politicien de gauche, nous renvoient aux années Mitterrand que, personnellement, je n'ai pas vécu. On se fout de tout ce qui s'est passé il y a vingt ans ! Ceux qui n'ont que ce type d'arguments me déçoivent !Sur le reste de l'article, cela rejoint ce qui a été dit dans ton précédent article. Les initiatives récentes de Sarko montrent que le chef de l'Etat prend le dossier dans toute sa complexité. Et cela, il faut le saluer !