La France a échoué, la France s'appauvrit de jour en jour

Publié le par L'Equipe de Débattons !

                                                    "Il n'est de richesses que d'hommes"
                           Jean Bodin,  philosophe et  théoricien poliique français du XVIe s.


Aujourd'hui, juste un extrait de l'article de M.de Kerdrel que je vous conseille de lire (1) : L'ISF reste un impôt marxiste donc inepte.

"En l'espace de dix ans, ce sont plus de 4 600 de nos compatriotes qui ont été contraints à l'exil fiscal, sorte de bannissement des temps modernes, réservé à ceux qui ne demandent jamais rien à l'État, sinon le droit de créer des emplois, et de la richesse. Bien sûr ils ont emporté avec eux une petite vingtaine de milliards d'euros. [...] Mais surtout ils sont partis avec leur esprit d'initiative, leur volonté de faire fructifier cet argent sur des terres plus fertiles, où les mauvaises herbes fiscales ne poussent pas autant qu'en France, et avec leur intelligence."

Maintenant, je vous demande de mettre ceci en lien avec ce qui suit :

"Faut-il se féliciter ou s'inquiéter du départ à l'étranger de centaines sinon de milliers de jeunes Français diplômés de nos écoles d'ingénieurs, d'informatique ou de commerce, ainsi que de nos grandes écoles ?

Les pouvoirs publics affectent de considérer qu'il s'agit d'un épiphénomène dont il n'y a pas lieu de se préoccuper. Il semble bien, cependant, que la décision prise par tant de jeunes de faire carrière ou de créer leur entreprise en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis plutôt qu'en France, traduit un rejet de l'environnement administratif et fiscal national. Les intéressés ne laissent aucun doute à ce sujet. Aussi est-il compréhensible que l'administration et le Gouvernement souhaitent minimiser l'ampleur et la signification d'un exode qui les gêne en raison de l'évidente portée politique qu'il revêt.

Le Directeur de la législation fiscale au ministère des Finances, entendu par le Groupe de Travail, a assez bien résumé l'attitude des pouvoirs publics en faisant observer que les expatriations de personnes et de capitaux n'avaient pas, à ce stade, d'incidence  " macro-économique ". Remarque qui conduit à se demander quel était en 1900 l'impact " macro-économique " du moteur à explosion ou en 1920 celui de l'industrie aéronautique. Avoir l'oeil rivé sur le court terme n'est pas la meilleure manière de préparer l'avenir.

Le Groupe de Travail de la Commission des Affaires économiques estime, contrairement au Gouvernement [de M. Jospin], que l'exode de cadres et d'entrepreneurs auquel on assiste et qui ne cesse de s'accélérer, constitue un phénomène grave."



Nous étions en 2000. Il s'agissait d'un rapport d'un "RAPPORT D'INFORMATION" annexé  au procès verbal de la séance du 7 juin 2000 (disponible sur le site du Sénat). Que s'est il passé depuis ? Rien, ou si peu de chose.

"La France ne retiendra son élite et n'attirera à elle celle d'autres pays que si elle surmonte ses blocages idéologiques et met en oeuvre une politique qui mise résolument sur l'innovation, la jeunesse et par conséquent l'avenir. "

Il s'agit de l'avis de ce même "Groupe de Travail" "représentatif de l'éventail des formations politiques du Sénat en juin 2000. Il s'agit de l'avis d'un groupe parlementaire rendu alors que M. Jospin était Premier ministre et que M. Strauss Kahn était ministre de l'économie (si mes souvenirs sont bons).


Il s'agit d'un conseil que nos gouvernants ont jugé urgent d'oublier.

Il s'agit d'un avis éminemment actuel, d'un avis qui complète judicieusement l'article d'aujourd'hui.

Il s'agit  d'un constat d'échec de la France.

Cet échec peut encore être corrigé, mais combien de temps nous reste-t-il ?



Hesnoone

(1) http://www.lefigaro.fr/debats/2008/05/27/01005-20080527ARTFIG00306-l-isf-reste-un-impot-marxiste-donc-inepte.php

Publié dans Réagissez !

Commenter cet article